Pour la petite histoire

Au XVIe siècle, les Parisiens manquent cruellement de combustible pour chauffer leurs logements. Les forêts alentour sont décimées. Les seules encore existantes sont royales et réservées pour la chasse.
Les forêts du Morvan vont donc être exploitées pour approvisionner en bois la capitale. Le flottage à bûches perdues est alors pratiqué. Cette technique consiste à lancer sur les cours d'eau les morceaux de bois taillés, marqués au préalable de la marque de leur propriétaire. Les bûches arrivent au fil de l'eau dans les villes de Clamecy ou Vermenton et sont tirées de l'eau et empilées. Puis le bois est acheté et des trains de bois sont constitués et conduits jusqu'à Paris.

À partir de 1786, la réalisation d'une rigole de flottage voit le jour afin de relier le bassin Loire à celui de l'Yonne et de la Seine et ainsi augmenter les volumes de bois. 59 ans seront nécessaires pour transformer cette rigole en l'actuel canal du Nivernais.

En 1838, la rigole d'Yonne est créée pour alimenter le canal en eau. Sur 25 km, les eaux de l'Yonne s'écoulent jusqu'au bief de partage à Port Brûlé, en empruntant 3 aqueducs : Marigny, Oussy et Montreuillon. En 1949, la rigole d'Yonne alimentera le canal depuis le lac de Pannecière.

 

Depuis 1949 

Pannecière relie le canal du Nivernais

La Rigole en quelques chiffres

25 km Distance entre le lac de Pannecière et le canal du Nivernais
3 heures Temps pour parcourir la distance à VTT
250 m Dénivelé

A découvrir au fil de l'eau

Rigole d'Yonne et l'aqueduc de Montreuillon
Xavier Mathiaud
Rigole d'Yonne et l'aqueduc de Montreuillon
Xavier Mathiaud
Du Morvan au canal du Nivernais

La Rigole d'Yonne

Découvrez la Rigole d'Yonne en vidéo au travers de ce numéro de Nièvre Immersion. 

A découvrir également

En résumé