Consultez notre agenda pour trouver où sortir et que faire dans la Nièvre durant votre week-end ou vos vacances. Vous pourrez consulter tous les évènements sportifs, expositions, stages, ou encore marchés à travers le territoire.

Vous aimez faire la fête en musique et partager des expériences culturelles entre amis ou en famille ? Découvrez la liste des nombreux festivals dans la Nièvre en Bourgogne et soyez prêts à vous amuser !

19
résultats
Affinez votre recherche

Critères sélectionnés

ThéâtreSupprimer

Période recherchée

Template par défaut

Encore un instant

Le 19/11/2019

NEVERS

Humour, délires et tendresse alternent pour vous faire rire, vibrer et passer un instant de théâtre que vous n’êtes pas prêts d’oublier ! Actrice adulée du public, Suzanne n’est pas remontée sur scène depuis la mort accidentelle de l’homme qu’elle aime, Julien, avec lequel elle partageait sa passion du théâtre. L’adoration du public va parfois jusqu’au fétichisme de son jeune locataire Simon, et de Max, qui vient d’écrire une pièce spécialement pour elle. Après dix mois d’absence sur les planches, Suzanne hésite et tarde à lui donner une réponse. Au fond d’elle-même, ce qu’elle désire le plus est de se retrouver seule à seule, encore un instant, avec son guide, son Pygmalion, son metteur en scène Julien... En amour, il est des miracles qu’on ne peut expliquer. Suzanne et Julien, trente ans de mariage au compteur, sont toujours fous amoureux l’un de l’autre. Un couple complice, heureux et fusionnel. Julien rit, râle, vit mais personne ne le voit ni ne l’entend. Sauf Suzanne... Il est toujours présent dans l’ombre. Il l’observe, se fait courtiser et l’accompagne, tel un fantôme. Bernard Murat met en scène cette comédie pleine d'humour et de tendresse de Fabrice Roger-Lacan où Michèle Laroque et François Berléand se retrouvent sur scène près de dix ans après avoir joué ensemble. "Bernard Murat dirige le couple Berléand-Laroque, amis dans la vie, avec une belle sensibilité, dans un décor de Nicolas Sire, dépouillé, mais très coloré. Encore un instant est une belle surprise ; un spectacle tendre, sentimental, pas larmoyant, qui fait aimer la vie." Scène web"Ils maîtrisent le comique par l’absurde et savent jouer avec leur public, conquis dès les premières minutes." Le Parisien

Soirée beaujolais

Le 21/11/2019

IMPHY

Programme non communiqué à ce jour

Dimanche Napalm

Le 22/11/2019

NEVERS

Face au silence mystérieux d’un fils, une famille se dévoile. Une pièce poignante. Cloîtré chez ses parents à la suite d’une tentative de suicide ratée qui l’a amené à être en fauteuil roulant, un jeune homme se tait obstinément. À 24 ans, après avoir vécu le vacarme du Printemps érable, après avoir cru que les choses allaient changer suite à cette révolte étudiante, il s’est retrouvé dans le même univers émaillé des mêmes discours et de la même corruption. Sa révolte s’est emmurée dans son mutisme. Le silence du fils devient alors révélateur d’inconforts et conduit les siens à livrer par petites doses leurs secrets les mieux enfouis, tandis que rôde autour d’eux l’ombre de la grand-mère.Dimanche Napalm est né du choc de deux images : le quarantième anniversaire de la photo intitulée La jeune fille au napalm, célèbre cliché d’une petite-fille vietnamienne brûlée au napalm et courant pour fuir l’horreur, et une photo de jeunes Québécois marchant dans la rue lors des printemps érables. Troublé par le contraste des deux photos, Sébastien David a imaginé et écrit Dimanche Napalm, oscillant entre humour et drame en posant la question du mutisme du fils. Renaud Diligent, à la tête de la compagnie dijonnaise Ces Messieurs Serieux depuis 2010, met ici en scène cette oeuvre québécoise. "Maniant une langue moins crue mais toujours incisive, cet auteur qui aime décrocher du réalisme dans la forme, insiste sur l’humour dans Dimanche Napalm." Le Devoir"Un portrait saisissant de la société québécoise actuelle. Désillusionné, mais très drôle aussi." lapresse.ce 

Juste la fin du monde (quelques éclaircies...)

Le 28/11/2019

COSNE-COURS-SUR-LOIRE

Cette histoire de famille pourrait être la nôtre. Une succession de rendez-vous ratés qui bouleversent et font rire à la fois ! Louis retourne dans sa famille pour la première fois depuis des années. Ce sont les retrouvailles avec le cercle familial. Il a l’intention de leur annoncer sa maladie et sa mort prochaine, irrémédiable, mais son arrivée fait resurgir souvenirs et tensions familiales. De cette visite qu’il voulait définitive, il repartira sans rien avoir dit, plus solitaire encore face à la mort. Comme souvent dans les textes de Jean-Luc Lagarce, il est question d’amour, de souvenirs lessivés et de règlements de compte. L’heure est au bilan : on revient sur ses pas, sur ses traces, on fait l’inventaire de ses sentiments et de sa vie pour essayer d’en faire le deuil et tout cela avant l’oubli, avant la mort. Juste la fin du monde est le premier volet d’une trilogie écrite en 1990, alors que Jean-Luc Lagarce se savait atteint du sida. Toutefois, aucune complaisance ni amertume. Aucune morbidité. C’est toujours la vie, aussi dérisoire soit-elle, qui est louée comme un don de soi à ceux qui survivent. Il faut aussi compter sur « quelques éclaircies », premier titre de la pièce.Un théâtre de l’intime, mis en scène par Olivier Broda du Théâtre du Temps Pluriel. Interview d'Olivier Broda sur Bac Fm (octobre 2019)  

Plus grand que moi

Le 29/11/2019

DECIZE

Cassandre Archambault est née en 1986 à Paris 11e.Cassandre Archambault est unique, comme tout le monde. Comme tout le monde, Cassandre Archambault n’a choisi ni son nom, ni son sexe, ni son époque. Elle aimerait bien changer le monde mais elle ne sait pas par où commencer... Alors, pour y voir plus clair, elle enfourche sa bicyclette, et chaque nuit parcourt la Terre. Plus grand que moi est un tableau impressionniste de notre époque via le portrait d’une jeune femme d’aujourd’hui qui interroge sa place dans le monde, ce qu’elle a d’unique et ce qui la relie aux autres. Dans une performance aussi physique que verbale, elle met en scène les multiples dimensions de notre existence, du loufoque au tragique. À travers la géographie de son propre corps qu’elle mesure sous nos yeux, ce sont nos petitesses et nos grandeurs quotidiennes qu’elle explore, nos aspirations, notre quête de sens.Plus grand que moi est un questionnement existentiel joyeux sur le déterminisme et sur le libre arbitre, sur le mot liberté à l’échelle d’une vie. Entre destin individuel et horizon collectif, c’est une prise de mesure de la tension qui agite chacun. C’est un pied de nez à notre époque anxiogène et grimaçante, un pacte imaginaire passé avec les spectateurs pour affronter ensemble le fracas du monde. C’est aussi un voyage entre rêve et réalité, une parole impertinente sur l’émerveillement d’être au monde, tout pourri qu’il soit. "Un régal. Cette succession de drôles d’humeurs et de pensées à voix vive a été finement écrite (et mise en scène) par Nathalie Fillion pour Manon Kneusé. Grande trentenaire qui ne craint pas de transformer son corps en terrain de jeux géométriques. Un régal." Télérama, Emmanuelle Bouchez (avril 2019)   En partenariat avec la Communauté de Communes Bazois Loire Morvan et les communes de Decize et Brinay.

Blanche-Neige, histoire d’un prince

Le 08/01/2020

NEVERS

Une version très originale de Blanche-Neige, adressée aux enfants autant qu’aux adultes ! “Un jour, mon Prince viendra...“Non seulement le Prince est venu, mais il est resté ! Il a vieilli et Blanche-Neige a grandi, grandi, grandi... Le temps s’est refermé sur eux, et sur Souillon, avec ses nattes blondes et sa trompette, elle qui seule connaît le nom de tous les cent un nains, désormais. Le trio est mélancolique et joyeux. Le Prince clope en cachette. Blanche-Neige pète sans se cacher. Souillon vaque. Parfois ils chantent. Blanche-Neige parle à la Lune. Si elle le souhaite, celle-ci répondra. Ils racontent leur vraie vie aux enfants et tricotent des vrais bonnets pour les nains. Ils s’engueulent. Bottent les fesses de Souillon qui grogne et encaisse. Ils divaguent tout bas et glosent bien fort. Et puis il y a Lèchbott, le nain favori. Celui-là, alors... ! Une dernière fois, on croque une pomme, on interroge le petit miroir, et cette fois encore, le petit miroir répond.Après le conte des frères Grimm (1812) et le film de Walt Disney (1937), la compagnie Rask!ne vous présente cette version revisitée de Blanche-Neige, entourée du Prince et de tous ses nains et objets animés. Le Prince sera même interpreté par une femme, Blanche-Neige par un homme, et Souillon aux nattes jaunes par le technicien du spectacle... Extrait : " Blanche-Neige, ton Prince de la forêt sans arbre et des montagnes aplaties de la chasse-cueillette est revenu ! Souillon, ta trompette ! (Souillon souffle dans sa trompette. Blanche-Neige apparaît, endormie.) S’est-il passé que ? Que passe s’est-il ? Passé-t-il que s’est ? Ah ! Les yeux tu ouvres les mains tu bouges à nouveau tu respires. Moulu ! Foutu ! Rompu ! Fourbu ! Jampepu ! Comment s’appellent-ils tous, les 101 nains de la forêt ? Yêtu ? Keufêtu ? Mententû ? Souillon, ma carpette ! "   En écho au spectacle, projection du film Blanca Nieves en grande salle lundi 6 janvier. Profitez du circuit de bus mis en place par Tanéo gratuitement sur ce spectacle ! Presse : Scène web Les Échos Médiapart France Info

Les Naufragés

Le 14/01/2020

NEVERS

En adaptant l’essai de Patrick Declerck sur le quotidien des SDF, Emmanuel Meirieu nous plonge dans le monde des clochards. Émotion garantie. Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Patrick Declerck, l’auteur, a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Étudiant, il décide de se faire embarquer avec eux jusqu’au centre d’hébergement d’urgence de Nanterre. Incognito, en immersion complète, ils partagent leurs nuits... En 1986, il ouvre la première consultation d’écoute destinée aux SDF. Il pratique la psychanalyse au Centre de Soins Hospitaliers de Nanterre, comme un infirmier de guerre répare les corps sur le front. Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver. Son corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille. Avec Les Naufragés, Emmanuel Meirieu nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents. Depuis près de dix ans, il porte des romans à la scène sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. « J’ai voulu pour ces hommes fracassés, sans paroles, sans histoires, sans traces, ériger une sorte de monument. Un mémorial qui leur ressemble un peu. Un peu de travers donc. D’un goût douteux parfois. Quelques pierres sans plus. Presque ruines... » Emmanuel Meirieu "Emmanuel Meirieu, passé maître dans l’art d’adapter les romans au théâtre, signe un spectacle fascinant. "L’Obs"Les Naufragés giflent le public. Avant de lui mettre des larmes plein le coeur." Télérama"Emmanuel Meirieu ne sait pas créer un spectacle sans être totalement habité par son sujet. Un mausolée théâtral pour les sans-abri." Le Monde" Emmanuel Meirieu est un subtil créateur d'atmosphère, comme dans Les Naufragés qui ont pour cadre symbolique, un troublant port fantôme." Les Échos Pour aller plus loin, retrouvez le film Au bord du monde, projeté le mercredi 15 janvier en Petite salle. Presse : Article sur Libération (septembre 2019)

La vie de Galilée

Le 17/01/2020

NEVERS

« Celui qui ne connaît pas la vérité, celui-là n’est qu’un imbécile. Mais celui qui la connaît et la qualifie de mensonge, celui-là est un criminel. » Galilée, professeur de mathématiques à Padoue, réussit en 1610 à confirmer le système héliocentrique de Copernic au moyen de la lunette astronomique qu’il vient de mettre au point. Il se rend à la cour de Florence, où il espère imposer ses nouvelles théories : ce n’est pas le soleil qui tourne autour de la Terre, comme le soutient l’église, mais l’inverse ! L’Inquisition saisit rapidement les implications d’une telle théorie : si la Terre n’est plus le centre de l’univers, cela voudrait dire que l’homme n’est pas le centre de la création, ou encore que l’église elle-même n’est pas le centre de la civilisation... Galilée est alors contraint, sous la menace de la torture, de réfuter ses propres affirmations, et se fait emprisonner à vie. Une décennie plus tard, toujours en captivité, presque aveugle et rongé par le remords d’avoir cédé aux menaces de l’Inquisition aux dépens de la science, il écrit les Discorsi qui reprennent les conclusions de ses recherches. Ainsi, quand son élève favori revient le voir, il lui apprend l’existence de ce livre et lui demande de l’emporter hors d’Italie afin de faire connaître ses travaux à l’étranger... À travers La Vie de Galilée, Brecht raconte le combat entre la science et le pouvoir théocratique, la connaissance contre l’obscurantisme. Brecht lui-même avait été placé dans une situation historiquement comparable à ce qu’avait vécu Galilée : l’Allemagne nazie — qu’il fuit dès 1933 — imposait sa vérité officielle et faisait plier tous ses contradicteurs.  Profitez du circuit de bus mis en place par Tanéo gratuitement sur ce spectacle ! Presse :  Le Figaro - 20/09/2019 Inferno magazine - 12/09/2019 Scène web - 12/09/2019 La Terrasse - 20/09/2019 Les Échos - 13/09/2019

Les 3 cochons (et le dernier des loups)

Le 26/01/2020

DOMMARTIN

Jean-Luc Revol propose un spectacle à venir voir en famille, d’après une adaptation de l'auteur jeunesse Frédéric Chevaux. Les 3 petits cochons, oeuvre phare de la littérature enfantine, est ainsi portée à la scène dans une version moderne où la double lecture permet aux enfants autant qu’à leurs parents d’en apprécier l’humour et l’enseignement. Trois frères Cochons, en âge de quitter le foyer familial, partent découvrir le monde. Chacun décide de gérer cette nouvelle liberté comme il le souhaite. Le premier construit une maison en paille, par facilité. Le second, en bois vermoulu, par radinerie. Le troisième, prévoyant, dessine tout d’abord un plan, puis bâtira la sienne en briques. Mais le Loup n’est jamais très loin… leur causant bien des soucis et tentant de les manger les uns après les autres. Les Cochons useront alors de stratagèmes pour venir à bout du Grand Méchant.Frédéric Chevaux présente ici Jean-René, Jean-Thierry et Jean-Michel, les trois cochons version 2018, et nous offre une très belle adaptation d’un conte légendaire, caustique et drôle, tout en se confrontant évidemment à la morale première du conte : doit-on s’amuser avec insouciance et ne pas s’inquiéter des éventuels dangers à venir ? Ou doit-on travailler et anticiper, afin de ne pas être surpris par les aléas de l’existence ? Rude dilemme que celui des cochons.Au Loup ! Vive le Loup ! Car le plus dangereux n’est pas forcément celui que l’on croit !   En partenariat avec la Communauté de Communes Morvan Sommets et Grands Lacs et la commune de Dommartin.

L’angoisse du roi Salomon

Le 28/01/2020

NEVERS

L’improbable destin d’un ancien roi du pantalon nous est conté par Jean, son chauffeur de taxi, devenu complice du riche retraité. Paris, 1978. Au volant de son taxi, Jean n’a que 25 ans, une gueule de voyou pour les hommes, une gueule d’amour pour les dames... Il est autodidacte et s’instruit tout seul dans les dictionnaires. A l’arrière, il a chargé l’élégant Salomon Rubinstein, 84 ans, dit « Le Roi Salomon » qui après avoir fait fortune dans le prêt-à-porter, a décidé de « prodiguer ses largesses à ceux qui n’y croient plus... ». Salomon scrute curieusement le visage de Jean, l’invite à prendre un café, et finit par l’embaucher comme chauffeur personnel. Peu à peu, il découvre la solitude du vieux Salomon, sa colère volcanique, ses amours mal éteintes avec Cora Lamenaire, une ancienne chanteuse réaliste qu’il a connue avant-guerre... Vingt-cinq ans plus tard, Jean nous raconte sa rencontre miraculeuse avec Monsieur Salomon, dans la langue gouailleuse et malicieuse de Romain Gary, sous le pseudonyme d’Emile Ajar. Il nous entraine sur les trottoirs d’un Paris populaire, de la rue du sentier aux Champs-Elysées, dans sa course folle pour rattraper le temps perdu entre Salomon et Cora. Après le succès de La Promesse de l’aube, Bruno Abraham-Kremer, comédien et metteur en scène, ici seul en scène, vous convie à un nouveau voyage initiatique et humoristique entre Chaplin et les Tontons Flingueurs. "Bruno Abraham-Kremer interprète avec une maestria jubilatoire l’adaptation du roman de Romain Gary, réalisée avec Corine Juresco. Un magnifique spectacle, drôle et bouleversant." La Terrasse "Quand la littérature rencontre un formidable acteur, cela donne un très bon moment de théâtre." Scene web

La machine de Turing

Le 06/02/2020

NEVERS

L’histoire vraie d’un homme qui a changé le monde. Tirée d’une histoire vraie, cette pièce relate la vie incroyable d’Alan Turing, mathématicien britannique, précurseur de l’intelligence artificielle et inventeur de l’ordinateur. À l’hiver 1952, suite au cambriolage de son domicile, le professeur Turing porte plainte au commissariat de Manchester. Avec son allure peu conventionnelle, il n’est pas pris au sérieux par le sergent enquêteur Ross. Mais, toujours sous surveillance, la présence d’Alan Turing dans ce poste de police n’échappe pas au général Menzies, pour lequel il a travaillé pendant la guerre. L’interrogatoire du sergent Ross va alors prendre une toute autre tournure et leur face à face va nous amener à parcourir la vie de cet homme détenant de nombreux secrets… De son incroyable acharnement pour parvenir à briser Enigma, la machine servant à crypter les messages de l’Allemagne nazie pendant la seconde guerre mondiale, à sa relation tumultueuse avec son amant Arnold Muray, Alan Turing est un homme atypique et attachant, inventeur d’une «machine pensante», véritable genèse de l’intelligence artifi cielle et des ordinateurs. Il sera finalement condamné pour homosexualité et mettra fin à ses jours, tel Blanche-Neige, en croquant dans une pomme empoisonnée. Voici le destin hors du commun d’un génie injustement resté dans l’ombre et broyé par la « machine » bien-pensante de l’Angleterre des années 50. Benoît Solès a reçu le prix du théâtre 2018 de la Fondation Charles-Oulmont pour son interprétation. La Machine de Turing a été sacré 4 fois aux Molières 2019 :- Molière 2019 de l'Auteur francophone français (Benoit Solès)- Molière 2019 du Metteur en scène dans un spectacle de Théâtre privé (Tristan Petitgirard)- Molière 2019 du Comédien dans un spectacle de Théâtre privé (Benoit Solès)- Molière 2019 du Théâtre privé Pendant la Seconde Guerre mondiale, Alan Turing joua un rôle majeur dans la cryptanalyse de la machine Enigma, utilisée par les armées allemandes, ce qui permit selon certaines analyses de raccourcir la guerre de deux ans. Une histoire qui restera secrète et classée secret défense jusqu’à l’an 2000. Condamné par la justice britannique pour homosexualité (un délit jusqu’en 1967), il choisira la castration chimique plutôt que la prison pour continuer à travailler sur sa machine, la quête de sa vie... La reine Élisabeth II le gracie à titre posthume en 2013 où il fut enfin reconnu comme un héros de guerre, 55 ans après sa mort.   "Sensible, haletant !" Le Monde"Passionnant, drôle !" Le Parisien"On est bouleversé par la qualité du spectacle et la force déchirante de ce qui nous est révélé." Figaroscope"Molières 2019 : « La Machine de Turing » rafle la mise" Les Échos, mai 2019    Profitez du circuit de bus mis en place par Tanéo gratuitement sur ce spectacle !

Pas Pleurer

Le 13/02/2020

NEVERS

Pas pleurer, roman de Lydie Salvayre, adapté ici par Anne Monfort, retrace parallèlement l’histoire de Montse, la mère de la narratrice, qui, jeune paysanne catalane en 1936, découvre d’un même coup liberté politique et sexuelle, et le revirement de Bernanos, catholique fervent révolté par une Eglise qui bénit les atrocités commises par les troupes franquistes. Montse finira par s’exiler en France, traversant la frontière son enfant de quelques mois dans les bras, et c’est de là qu’elle raconte à sa fille Lidia, dans un français mêlé d’espagnol, cet été 1936, peut-être la seule chose qui lui reste vraiment en mémoire. Éviter la nostalgie. Trouver là où aujourd’hui est le vivant. Pas pleurer. La Maison s'associe au festival Tandem pour ce spectacle.

19 résultat(s) - Affichage des résultats 1 à 12

12